La classe de 3°5 rencontre Violaine Schwartz

échange de Violaine Schwartz avec la classe de 3°5

échange de Violaine Schwartz avec la classe de 3°5

Mercredi 11 janvier, la classe de 3°5 a rencontré l’écrivain Violaine Schwartz dans le cadre du projet d’écriture collaborative des Assises Internationales du Roman.

Voici le compte rendu de la rencontre rédigé par Inès Couchon et Chloé Chavernoz :

Violaine Schwartz n’a pas parmi les livres qu’elle a écrits de livre préféré : elle a écrit deux romans, La Tête en arrière et Du vent dans la bouche deux pièces de théâtre pour la radio. Elle ne s’inspire pas de sa vie personnelle pour écrire et ne vise pas un public précis.

Elle n’a pas d’écrivain modèle mais certains l’ont marquée : l’écrivain et dramaturge autrichien de langue allemande Thomas Bernhard et l’écrivain français Pierre Michon. Elle lit beaucoup de romans et de théâtre. Quand elle joue une pièce, elle lit d’autres oeuvres de l’auteur, par exemple Tchekhov ou Shakespeare.

Adolescente, elle a beaucoup lu et aimait bien écrire. Elle voulait devenir comédienne. Elle a suivi des cours de théâtre dans une école à Strasbourg. Au théâtre, elle a beaucoup joué, notamment Les Bonnes de Jean Genet et une pièce de Brecht, qu’elle a traduite. C’est un peu par hasard, entre deux rôles, qu’elle a commencé à écrire, au départ une pièce radiophonique. Au début, ce n’était pas sérieux puis elle l’a pris comme une bonne surprise dans sa vie.

 

En plus du théâtre, elle chante et s’est produite dans un spectacle de chansons réalistes, accompagnée par une contrebassiste et un disque est sorti (Violaine Schwartz et Hélène Labarrière, J’ai le cafard, Innacor records INNA31106, 2011) .

Voir aussi ici : http://www.compagnieirakli.com/category/spectacles/

Elle adore le chant, le théâtre et l’écriture (de pièces, romans et chansons) et ne peut pas choisir une activité plutôt qu’une autre.

Violaine Schwartz ne gagne pas sa vie en tant qu ‘écrivain. Pour écrire un livre, il lui faut deux à trois ans, entre les premières idées et l’édition. Elle a écrit son deuxième livre Du vent dans la bouche en un an et demi. Elle a obtenu un prix littéraire, le prix Eugène Dabit pour ce roman. Ses livres sont publiés chez l’éditeur P.O.L., une maison d’édition qu’elle connaissait pour avoir lu plusieurs de ses auteurs, comme Olivier Cadiot. Elle participe à des lectures, à une émission radiophonique Des Papous dans la tête sur France Culture et cette année à l’écriture de nouvelles avec les collégiens du Rhône. Elle trouve intéressant d’écrire avec des contraintes et avec d’autres personnes. C’est la villa Gillet a contacté Violaine Schwartz pour participer au projet AIR.

DSC02157

Le roman Du vent dans la bouche parle de la chanteuse réaliste Fréhel qu’elle voulait sortir de l’oubli. Le titre peut évoquer la misère de n’avoir rien à manger, le fait de parler dans le vent et l’acte de chanter.

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Notre rencontre s’est terminée en chanson avec quelques titres de Fréhel.

Un grand merci à Violaine Schwartz !

Les questions préparées par la classe : Questions venue Violaine Schwartz

(1 commentaire)

  1. Bel article qui résume bien ce qui s’est dit lors de la rencontre…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.